Ciste ouve ci egzistêye eto divins ds ôtès ortografeyes : Rifondou.
Mononke Lisé

Mononke Lisé

Lès eûres, lès djoûs, lès mwès vont bin trop rade, ossi rade qu’on p’tit sauvnî qu’on r’toûne !

Nin l’ timps d’ vèy dischinde li saulvon do d’zeû au d’zos qui vos-z-avoz dèdja sacwants-ans !

Èt bin vite…

Au djoû d’audjoûrdu, tot candje ! Min.me li mwârt n’a pus rin à vèy avou lès ûsances do vî timps.

Portant, l’ passadje di l’ôte costè si faît pas l’min.me vôye qui, à c’qu’on dit, trèvautche on tunèl come li ci di Jmele. Lès loumîres î sont, parèt-i bin pus r’glatichantes qui lès cisses dès quinkèts do staminèt d’ Lamsoûle en 1912…

À Yon, dins lès anéyes 50 — dj’èstéve gamine — li tam’-tam’ aléve co pu rwèd qui l’ vint d’ bîje po fè l’ toûr do viyadje : « I-gn-a on-tél qu’èst mwârt ! » « Vos n’ dijoz nin, c’èst l’ vraî ? ».

On s’ batéve causu po ièsse lès prèmîs à z-alè dîre si tchapelèt. Boune moman Célina gangnéve à tos lès côps èt m’ purdéve avou l’èye po bin m’ fè comprinde lès règues do l’ trisse afaîre !

« Ça lî candjrè lès idéyes à l’ gamine, hin, Janine ! ».

Non.na, dji n’éve nin peû ! Dès mwârts, dj’ ènn’ aî vèyu brâmint, tortos bin trankîyes su leû plantche avou leûs bês moussemints ! Ben mètus à dimegne come s’ is-èstint invitès à one fièsse… avaur-là, on n’ saît doû…

Dji ratindéve paujêre en rwètant m’ grand-mére disgrin.nè s’ tchapelèt avou s’ gros dwèt qui zopléve d’ one bole à l’ ôte èt dji m’ dimandéve tot au long d’ sès litanîyes si c’èstéve bin l’ bon mwârt !

C’èst drole, maîs tos lès cis qui dj’a rèscontrè, dji n’ lès ricnochéve nin… portant is-èstint sovint nos vèjins !

Dji n’ lès éve jamaîs vèyu èdwârmus… Adon, mwârts, tot blancs come do l’ makéye, avou leû tièsse èn èrîr qui rwètéve li plafond do l’ bèle place. Pace qui, dins l’bèle place, lès mwârts avint dreût d’î dmorè quèques djoûs tot seûs ! Èle estéve co bin plus bèle avou les grandès nwârès tentûres èt dès courones di fleûrs tot autoû, lès tchandèles alouméyes èt l’ crucifis blinkant, bin r’churè po l’ocâsion.

On n’arètéve pus l’ôrlodje à caîsse à l’eûre do l’mwârt come au timps d’ nos vîs parints.

Lès nosses estint tot ç’ qu’on fiéve di mî, pus modêrnes, pinduyes au meur.

Adon, on ètindéve li tic-tac padrî lès tentûres, come on mètronome po mârkè l’ mèseûre dès disgrin.nadjes. Èt aus-eûres, ou bin aus d’méyes eûres, èle dijéve au djins qu’is-avint bin dit leûs pâtêrs èt qu’il èstéve timps d’è ralè.

Inte lès « Nosse Pére qui d’meure tot là-hôt » èt lès « Dji vos salue bin, binaméye Marîe », on ètindéve causè à costè…

« Mon diu todi, qué mâleûr, què ç’ qui dj’ai faît au bon diu po méritè ça ! »

Lès djins do l’ famile campint cès djoûs-là dins l’ cûjène, tot autoû dol tauve qu’éve mètu s’ mape dès fièsses, avou dès grossès galètes au suke èt on termosse di cafè au mitan. Faléve bin ça po r’cîre totes lès djins do viyadje qui v’nint plorè èt d’mandè dès cints èt dès cints côps :

« Di qwè ç’ qu’il a moru, do ? Ça a stî si vite, bin trop vite savoz ! »

Mononke Lisé, li, qué londjin, il a rotè su s’ pwès, savoz, po trèvautchè l’ tunèl !

Dins l’ famile Noyé, is-èstint 4 èfants : Lèyon, Pîre, Marîe èt Élisé (on d’jéve Lisé).

Pîre s’a mariè avou Mâria Coeurderoi. En s’acoplant, is-ont ieû 9 èfants èt sont divenus mès âriére-grands-parints.

C’è-st-insi qu’ ça rote !

Pîre, èvoye avou Mâria so l’ brès, lès treûs-ôtes ont d’morè èson.ne dins li p’tite cinse di Trinal.

Gamine, dji m’ rafyiéve — come li pouye qui tchaît su on viêr — d’alè l’zî dîre bondjoû, mougnè one waufe tote mole qu’on rôle èt beûre on bon cafè au ramponô dins l’ place.

Inte deûs « slurp » télemint qu’il estéve tchôd, on ètindéve causè lès vatches padrî l’uch do l’sitauve, à gauche do l’ grande sitûve d’où c’ qui l’ caboléye dès couchèts cûjéve.

Qwand lès grandès djins racontint lès novèles en s’ dijant « vos », dji m’atèléve à say di drovu l’ grand vèra d’ l’uch èt… touméve baube à baube avou l’ cu dès vatches mètuwe au cwardê tot au long do meur. Vraîmint à n’ nin creûre di lès vèy tchîr en min.me timps ! C’èstéve come one machine à fabrikè dès spinaches !

« Jojo, mi p’tite blanke, cloyéz l’uch, insi, ça sint mwaîs ! »

Lèyon èt Marîe, onk après l’ôte, ont trevautchè l’ tunèl èt nosse Lisé a d’morè tot seû, co pus malaude qu’Harbouya… Person.ne ni v’léve di li po sès dérins djoûs, à paurt boune Célina — li spècialisse dès tchapelèts — qui nos vikins avou leye. Èle s’è fiéve télemint por li !

« I va d’morè vaîci avou nos, on n’ pout nin lèyi moru Lisé tot seû ! »

Lès p’tites maujons d’ovrîs do l’ rindjéye n’avint qu’ deûs places à l’ valéye èt deûs z-ôtes là-hôt, maîs mès grands-parints avint faît bâti dès aujeminces. Adon, m’ tchambe èstéve pad’zos l’ plate-fôrme di l’antène tévé èt dji d’véve trèvautchè li cisse di m’ grand-mére po z-î rintrè m’ coûtchè.

Maîs, pont d’ chance valèt, on éve metu Lisé dins l’ lèt d’ boune moman èt lèye, èle dwârméve à costè d’ li dins on ptit lèt en fièr.

« Janine, choûtoz ça come i rôguîye ! »

Bin ây ! dji l’ètindéve ossi !

Vos-avoz compris qui, sôrti di m’ tchambe èt z-î rintrè, èstéve pîre qu’one èspédicion en Amazonie ! Dj’ètindéve Lisé rôguiè tote li nêt come one sauvadje bièsse, maîs l’ vèy, c’èstéve co one ôte afaîre !

Dji n’ pléve nin d’morè catchéye dins m’ tchambe tote li djoûrnéye ! Adon, l’ mwin su l’ pougnéye di l’uch, dji fiéve vitemint on programe dins m’ tièsse :

  1. Prinde si lan, les mwins su l’ costè dès ouys come lès waîtroules des tchfaûs… po n’ rin vèy
  2. Lès gros dwèts dins lès orèyes… po n’ nin ètinde.
  3. Potchè come on lîve en priyant l’ diu dès laîdès pètéyes po n’ nin trèboukè !

« Ça sèrè l’ fin d’vant wêre, Janine ! Dji pinse qu’ i nos faut èvoyè l’ gamine mon Djôzèf èt Clotile (Joseph èt Clotilde, mès ôtes grands-parints). Èle a dès rûses avou Lisé, ci n’èst nin bin por lèye ! ».

Lès coméres avins bin causè èt bin acôrdè leûs violons !

Maîs… c’è-st-insi qui, po l’ premî côp, èles m’évoyint dwârmu dins on lèt qui n’èstéve nin l’min.ne ! Quéne afaîre ! Maîs ossi quène sorprîje ! Dji n’éve jamaîs vèyu on lèt come ci-t-là.

Li lèt da Prosper Battaggia (l’âriére-âriére-grand-pére) avou on matelas télemint mol qui dji m’ racrapotéve dins l’ rèfoncemint do mitan come on mouchon dins s’ nid. Chake nêt, dji m’èdwârmeuve en sondjant qu’au matin, dj’auréve deûs grandès éles su m’ dos, totes blankes come cèles dès andjes di l’èglîje à Noyé.

Qwant, on mérkidi, à l’ pikète do djoû, dj’a étindu dès vwès qui montint dol cûjène djusqu’à m’ lèt… Nos-èstins li 6 do mwès d’ maus’ 1957.

« Ça î èst Clotile, il è-st-èvôye ! Josline pout rivnu après l’ètèrmint ».

Mâria dèyî, dj’éve roviè mononke Lisé… Mès éles n’avint nin co créchu èt il èstéve portant timps qui dj’ m’èvole onk di cès quate matins !